lundi, octobre 23, 2006

Verre de Paris

Je n'ai rien à dire. Je descends de notre quatrième étage. Les rues de Saint-Gilles sentent la pluie.

Je monte faire les courses, bêtement. Des légumes, puis du vin et du yaourt. Je passe devant un de ces cybers qui sont aussi des centres de téléphone. Il y en a plein ici. Une dame est assise, parle à quelqu'un. Elle n'a rien d'extraordinaire dans sa veste en jean bleu. Elle a déposé son parapluie à côté d'elle et regarde dans le vide. Je ne voulais pas entrer ici. Mais je me demande qui est de l'autre côté du fil, quel pays elle appelle. Alors je veux prendre l'avion. Etre loin. Et je rentre te l'écrire.

Là où j'habite, il n'y a pas le net. Je griffonne des mots sur des bouts de papiers un peu partout, et tout reste là. Tu me manques, alors je suis rentré.

Ma vie a changé. Je suis bien. Même si hier j'ai cassé un verre. Un des quatre rescapés qui lui rappellent Paris. Je lui en trouverai d'autres, cette semaine, c'est promis. Je lui ai dit qu'on enfermerait ceux-ci pour qu'à chaque fois qu'il les regarde, il voie l'église de l'autre côté de la place.

La semaine prochaine, nous y serons. Paris.

Dieu de Dieu, je l'aime à m'en faire exploser la poitrine.

3 Comments:

Anonymous Julie said...

Soyez heureux, et continuez à nous dire de temps en temps que vous l'êtes, que c'est possible. Et achetez plein d'autres verres, allez en chercher jusqu'à Murano vers la fin de l'après-midi, l'été - c'est alors qu'ils portent le plus de lumière !

jeu. oct. 26, 09:31:00 PM  
Anonymous DomAry said...

Oui...

Comme c'est beau et bon d'aimer à s'en faire exploser la poitrine!
Je vous aime tous les deux ;)

Continue de nous ravir...
Bisous

Dom

ven. nov. 17, 08:39:00 PM  
Anonymous Anonyme said...

Bonjour,
mon travail de fin d'études porte sur les bloggeurs. Souhaiterais-tu y participer ?
Mon email est : soofi816@gmail.com
Sophie.

lun. déc. 10, 05:09:00 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home